Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Www.hello-Paris.fr

  • : Hello Paris
  • Hello Paris
  • : Bienvenue - Welcome to PARIS week-end à Paris, programmes de visites de Paris, curiosités, restaurants, ....tout sur Paris
  • Contact

Reduction tickets

Vous pouvez avoir ici des bons de réduction pour vous remercier d'être passé voir ce blog.
You can get here some reduction tickets to thank you to have come on this blog.

Film sur l'histoire de Paris / Movie about Paris history                    
siteon0
Visite/ Visit  Père Lachaise
newlogoleroi2 2

Rechercher

19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 22:57

Cela fait 30 ans que Georges Brassens a disparu. J'avais envie de lui rendre hommage car c'est l'un des plus grands chanteurs Français et il a marqué toute mon enfance, comme celle de beaucoup de Français. Encore maintenant, ses chansons sont très connues. Voici une chanson très connues : "Les Copains d'abord". Vous noterez qu'il cite dans sa chanson la devise de Paris en latin : "Fluctuat nec mergitur" (il flotte et ne coule pas).

It's been now 30 years that Georges Brassens died. I wanted to commemorate him as it was one among the very big French singer. Stil now, his songs are very well known even young people. Here is one very important : "Les Copains d'abord" (The friends first). You'll notice there is in the middle of the song the motto of Paris in Latin : "Fluctuat nec mergitur" (it float and doesn't sink).

 

 

Pour Cora et ses élèves, et pour tout ceux qui apprennent le Français , voici les paroles :
For Cora and her children, and all  who are learning French, here are the lyrics :

Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau
Qu'on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en pèr' peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord

Ses fluctuat nec mergitur
C'était pas d'la litterature
N'en déplaise aux jeteurs de sort
Aux jeteurs de sort
Son capitaine et ses mat'lots
N'étaient pas des enfants d'salauds
Mais des amis franco de port
Des copains d'abord

C'étaient pas des amis de luxe
Des petits Castor et Pollux
Des gens de Sodome et Gomorrhe
Sodome et Gomorrhe
C'étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boetie
Sur le ventre ils se tapaient fort
Les copains d'abord

C'étaient pas des anges non plus
L'Évangile, ils l'avaient pas lu
Mais ils s'aimaient tout's voil's dehors
Tout's voil's dehors
Jean, Pierre, Paul et compagnie
C'était leur seule litanie
Leur Credo, leur Confiteor
Aux copains d'abord

Au moindre coup de Trafalgar
C'est l'amitié qui prenait l'quart
C'est elle qui leur montrait le nord
Leur montrait le nord
Et quand ils étaient en détresse
Qu'leurs bras lancaient des S.O.S.
On aurait dit les sémaphores
Les copains d'abord

Au rendez-vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapins
Quand l'un d'entre eux manquait a bord
C'est qu'il était mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Son trou dans l'eau n'se refermait
Cent ans après, coquin de sort
Il manquait encore

Des bateaux j'en ai pris beaucoup
Mais le seul qu'ait tenu le coup
Qui n'ai jamais viré de bord
Mais viré de bord
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord



Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 19:56
A la demande de plusieurs amis, voici une chanson hyper connue par Yves Montand, puis Edith Piaf : "Sous le ciel de Paris"...pour les Français, c'est de l'archi-vu et revu...pour les visiteurs, c'est une petite visite de Paris en chanson...

Following the wishes of friends, here is a song very very known about Paris by two of the most well-known French singers Yves Montand and Edith Piaf. For French people it has been seen many times...for visitors it's a kind of visit of the main places in Paris with the song : "under the sky of Paris"...


Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 21:59

Les Français connaissent bien sûr la célèbre chanson de Serge Lama : "Les petites femmes de Pigalle"...donc inutile de dire que j'adore cette chanson qui ne vieillit pas...

 

French people know of course this well-known song from Serge Lama : "Les petites femmes de Pigalle" (The little women of Pigalle). As you know probably, you can find many sex-shop in this area and a very hectic night life...

 

http://www.dailymotion.com/video/x434rl_serge-lama-les-petites-femmes-de-pi_music

 

Voici les paroles pour ceux qui apprennent le Français et qui veulent suivre….

Here are the lyrics for those who learn French and want to follow…

 

 

Un voyou m'a volé la femme de ma vie
Il m'a déshonoré, me disent mes amis
Mais j'm'en fous pas mal aujourd'hui
Mais j'm'en fous pas mal car depuis
Chaque nuit

Je m'en vais voir les p'tites femmes de Pigalle
Toutes les nuits j'effeuille les fleurs du mal
Je mets mes mains partout, je suis comme un bambin
J'm'aperçois qu'en amour je n'y connaissais rien

Je m'en vais voir les p'tites femmes de Pigalle
J'étais fourmi et je deviens cigale
Et j'suis content, j'suis content, j'suis content
J'suis content, j'suis cocu mais content
Un voyou s'est vautré dans mon lit conjugal
Il m'a couvert de boue, d'opprobre et de scandale
Mais j'm'en fous pas mal aujourd'hui
Mais j'm'en fous pas mal car depuis
Grâce à lui

Je m'en vais voir les p'tites femmes de Pigalle
Tous les maquereaux du coin me rincent la dalle
J'm'aperçois qu'en amour je n'valais pas un sou
Mais grâce à leurs p'tits cours je vais apprendre tout

Je m'en vais voir les p'tites femmes de Pigalle
Tous les marins m'appellent "l'amiral"
Et j'suis content, j'suis content, j'suis content
J'suis content, j'suis cocu mais content

Je m'en vais voir les p'tites femmes de Pigalle
Dans toutes les gares j'attends les filles de salle
Je fais tous les endroits que l'Eglise condamne
Même qu'un soir par hasard j'y ai r'trouvé ma femme

Je m'en vais voir les p'tites femmes de Pigalle
C'est mon péché, ma drogue, mon gardénal
Et j'suis content, j'suis content, j'suis content
J'suis content, j'suis cocu mais content

Il s'en va voir les p'tites femmes de Pigalle
Dans toutes les gares il guette les filles de salle
Il fait tous les endroits que l'Eglise condamne
Même qu'un soir par hasard il y a r'trouvé sa femme

Il s'en va voir les p'tites femmes de Pigalle
C'est son péché, sa drogue, son gardénal
Il est content, il est content, il est content
Il est content, il est cocu mais content

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 21:00

Pour les Francophones, inutile de présenter l'un de nos plus grands chanteurs hélas trop tôt disparu.

Sachez que Georges Brassens a débuté au Lapin Agile, le célèbre cabaret Montmartrois. A l'époque, il était tellement timide qu'il n'osait pas chanter en public. Mais le patron du Lapin Agile de l'époque l'a obligé. Il a bien fait n'en doutons pas !


For non-speaking French people, here is a song of Georges Brassens who was one of the best well-known French singer. In fact, he was more a poet ! Here is a song with english subtitles. I hope it can help you to understand better.

You have to know that Georges Brassens began his carrier in the Lapin Agile, the well-known cabaret in Montmartre. The boss at this time obliged him to sing because he was so shy that he didn' dare. I think he did well !



Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 22:41
Voici l'une des plus belles chansons françaises : La Bohème. Cela se passe de commentaires pour les Français ou les Francophones...

According to me, here is one of the best known and the most beautiful songs in French, by Charles Aznavour. This song speaks about the life of young people in Paris about 40 to 50 years ago...with no money, like artists. In French, when we say : "une vie de Bohème" = "A bohemian life", it means you live without any order...Under, here are the lyrics for people who don't understand
French very well .



La Bohème
Paroles: Jacques Plante. Musique: Charles Aznavour   1965


Je vous parle d'un temps
Que les moins de vingt ans
Ne peuvent pas connaître
Montmartre en ce temps-là
Accrochait ses lilas
Jusque sous nos fenêtres
Et si l'humble garni
Qui nous servait de nid
Ne payait pas de mine
C'est là qu'on s'est connu
Moi qui criait famine
Et toi qui posais nue

La bohème, la bohème
Ça voulait dire on est heureux
La bohème, la bohème
Nous ne mangions qu'un jour sur deux

Dans les cafés voisins
Nous étions quelques-uns
Qui attendions la gloire
Et bien que miséreux
Avec le ventre creux
Nous ne cessions d'y croire
Et quand quelque bistro
Contre un bon repas chaud
Nous prenait une toile
Nous récitions des vers
Groupés autour du poêle
En oubliant l'hiver

La bohème, la bohème
Ça voulait dire tu es jolie
La bohème, la bohème
Et nous avions tous du génie

Souvent il m'arrivait
Devant mon chevalet
De passer des nuits blanches
Retouchant le dessin
De la ligne d'un sein
Du galbe d'une hanche
Et ce n'est qu'au matin
Qu'on s'asseyait enfin
Devant un café-crème
Epuisés mais ravis
Fallait-il que l'on s'aime
Et qu'on aime la vie

La bohème, la bohème
Ça voulait dire on a vingt ans
La bohème, la bohème
Et nous vivions de l'air du temps

Quand au hasard des jours
Je m'en vais faire un tour
A mon ancienne adresse
Je ne reconnais plus
Ni les murs, ni les rues
Qui ont vu ma jeunesse
En haut d'un escalier
Je cherche l'atelier
Dont plus rien ne subsiste
Dans son nouveau décor
Montmartre semble triste
Et les lilas sont morts

La bohème, la bohème
On était jeunes, on était fous
La bohème, la bohème
Ça ne veut plus rien dire du tout
Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 19:37
Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 21:03
Georges Brassens était l'un des chanteurs et poètes Français parmi les plus connus et les plus appréciés.
Il a débuté au Lapin Agile (voir mon article sur ce cabaret de Montmartre). Il était timide et il ne voulait pas chanter en public...heureusement qu'il a réussi à surmonter sa timidité.

J'ai choisi cette chanson où il cite la devise de Paris : "Fluctuat nec mergitur" (voir l'article sur l'emblème de Paris).


Georges Brassens was one of the best-known and the most appreciated French singers. He was also a poet.
He began to sing in the Lapin Agile, the Cabaret in Montmartre (see my article about this cabaret). He was shy and he didn't dare to sing in front of the public....fortunately, he succeded to overcome his shyness.

I have chosen this song where he speaks about the Paris motto : "Fluctuat nec mergitur"  (look at my other article about that).



Pour écouter et voir les paroles, cliquez ici / To listen and see the lyrics, click here.
Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 23:03
LEARN THE METRO OF PARIS WITH PIERRE PERRET

Connaissez-vous cette chanson de Pierre Perret avec toutes les stations de métro de Paris ?

Do you know this song from Pierre Perret where he refers to many metro station...to tell a story......
This is a French singer who always uses some words in slang, and it's always funny !


Malheureusement, le lien que j'avais mis sur youtube a été supprimé car cette chanson ne semble pas être dans le domaine public. Mais vous pouvez écouter d'autres chansons amusantes de Pierre Perret sur youtube ou ailleurs bien sûr.
Unfortunately, my link on youtube has been deleted, because, probably this song is not free of rights. Of course, you can hear other songs by Pierre Perret on youtube or elsewhere.

La petite Madeleine que j'ai connue à Saint-Lazare
Je l'ai Choisy pour son superbe Corvisart
Elle avait le Saint-Placide et un sacré Buzenval
Elle avait tout un Arsenal
Je craignais que ce fût une Fille-Du-Calvaire
Auquel cas faut s'méfier du Chardon-Lagache
Et pour pas garder Lamarck L'eût fallu qu'jaille à Pasteur
Moi pour Suffren non Bercy

Elle me répond qu'elle s'en tamponne le Froissart
Vu qu'elle avait plusieurs amants qui la Courcelles
Le Père-Lachaise Louis-Blanc Bolivar Richard Lenoir
Ce qui fait avec George Cinq
J'suis Censier avoir un beau Menilmontant
Et comment obligado son Beaugrenelle
J'y propose la Botzaris elle se porte Volontaires
Et précise-t-elle j'ai Sablons

C'est la Gaîté nous Levallois dans mon Dupleix
Elle me dit Issy je vis avec Etienne-Marcel
Que tu me Défense le Sentier que tu prennes la Chapelle
De Toute Façon Marcel-Sembat
Elle se met Sully présente la Tour-Maubourg
Mais je descends aussitôt à Poissonnière
Là le nez me Châtillon ça sentait le Caulaincourt
Bref j'étais pas à Bel-Air

Prêts au Combat enfin nous nous dé-Mabillon
Mais Passy vite qu'elle me dit vous Pernety
Avant d'éteindre la Laumière laisse-moi ôter mon Pantin
Espèce de pauvre Gambetta
Pour montrer que je n'suis pas un Invalides
Je lui Saint-Philippe-Du-Roule une Peletier monstre
Et d'un vieux coup de Rambuteau je lui arrache un cri Denfert
Ah quel Sulpice mes amis

Par malheur elle avait le Goncourt sa Motte-Piquet
Avouez qu'Saint-Cloud à s'Dugommier le Jules-Joffrin
Son p'tit Chaligny-Faidherbe était bien trop Billancourt
Elle demeurait une vrai Glacière
Elle Opéra un vrai changement la Réaumur
L'en Brochant en Chevaleret entre La Fourche
Et la Muette à l'Anvers aussitôt je lui Bourg-La-Reine
Jusqu'à temps qu'elle en Picpus

Vingt Dieux qu'Ségur t'as un Jourdain mais c'est Duroc
Que c'est Plaisance dit-elle en saisissant Montreuil
Elle me monge les Boulets Elle me Pompe le Boucicaut
Elle me Télégraphe un jour la Bonne-Nouvelle
Elle avait oublié de prend' sa Bastille
Elle attendait ses Ranelagh elle a eu la Butte-Chaumont
Et c'est le p'tit Edgar-Quinet
Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 22:47
Pour une fois, voici une chanson qui ne parle pas de Paris. Mais je ne résiste pas à évoquer la mémoire de mon chanteur préféré qui nous rappelle, à nous les plus tout jeunes, nos cours de latin ! Quel talent ce Jacques Brel, trop tôt disparu !

For once, here is a song which is not typically about Paris. But I can't resist to remember my favorite singer. For us, no longer young people, it reminds us our Latin tuition ! How talented Jacques Brel was (a belgium singer), who died too early  !

C'est le plus vieux tango du monde
Celui que les têtes blondes
Ânonnent comme une ronde
En apprenant leur latin
C'est le tango du collège
Qui prend les rêves au piège
Et dont il est sacrilège
De ne pas sortir malin
C'est le tango des bons pères
Qui surveillent l'œil sévère
Les Jules et les Prosper
Qui seront la France de demain

Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis

C'est le tango des forts en thème
Boutonneux jusqu'à l'extrême
Et qui recouvrent de laine
Leur cœur qui est déjà froid
C'est le tango des forts en rien
Qui déclinent de chagrin
Et qui seront pharmaciens
Parce que papa ne l'était pas
C'est le temps où j'étais dernier
Car ce tango rosa rosae
J'inclinais à lui préférer
Déjà ma cousine Rosa

Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis

C'est le tango des promenades
Deux par seul sous les arcades
Cernés de corbeaux et d'alcades
Qui nous protégeaient des pourquoi
C'est le tango de la pluie sur la cour
Le miroir d'une flaque sans amour
Qui m'a fait comprendre un beau jour
Que je ne serais pas Vasco de Gama
Mais c'est le tango du temps béni
Où pour un baiser trop petit
Dans la clairière d'un jeudi
A rosi cousine Rosa

Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis

C'est le tango du temps des zéros
J'en avais tant des minces des gros
Que j'en faisais des tunnels pour Charlot
Des auréoles pour saint François
C'est le tango des récompenses
Qui vont à ceux qui ont la chance
D'apprendre dès leur enfance
Tout ce qui ne leur servira pas
Mais c'est le tango que l'on regrette
Une fois que le temps s'achète
Et que l'on s'aperçoit tout bête
Qu'il y a des épines aux Rosa

Rosa rosa rosam
Rosae rosae rosa
Rosae rosae rosas
Rosarum rosis rosis




Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 19:16
Voici une vieille chanson française que j'adore. C'est aussi un clin d'oeil à mes amis Italiens car, comme chacun sait Yves Montand était d'origine Italienne, de Toscane plus exactement , comme mes amis !
Certes, le charme de se promener sur ces boulevards est bien tombé depuis les années 50, mais cela reste un quartier sympa à voir. Il n'y a pas de grands risques, mais il vaut mieux se promener sur la partie entre Richelieu-Drouot et Madeleine, surtout le soir.

Voici les paroles pour ceux qui ne comprennent pas bien le Français. Vous reconnaitrez beaucoup de rues de Paris.


Here is an old french song I love. It's also an allusion to my Italian friends, because, as you know, Yves Montand was Italian from Tuscany, like my friends.
A walk in these boulevards is less charming now than in the fifties, but it remains a cool place. No great risk, but it's better to limit your walk from Richelieu-Drouot to Madeleine, especially in the evening.

Here are the lyrics for those who don't understand French very well. You will recognize many streets in Paris !




Paroles: Jacques Plante. Musique: Norbert Glanzberg   1952J'aime flâner sur les grands boulevards

J'aime flâner sur les grands boulevards
Y a tant de choses, tant de choses
Tant de choses à voir
On n'a qu'à choisir au hasard
On s'fait des ampoules
A zigzaguer parmi la foule
J'aime les baraques et les bazars
Les étalages, les loteries
Et les camelots bavards
Qui vous débitent leurs bobards
Ça fait passer l'temps
Et l'on oublie son cafard

Je ne suis pas riche à million
Je suis tourneur chez Citroën
J'peux pas me payer des distractions
Tous les jours de la semaine
Aussi moi, j'ai mes petites manies
Qui me font plaisir et ne coûtent rien
Ainsi, dès le travail fini
Je file entre la porte Saint-Denis
Et le boulevard des Italiens

J'aime flâner sur les grands boulevards
Y a tant de choses, tant de choses
Tant de choses à voir
On y voit des grands jours d'espoir
Des jours de colère
Qui font sortir le populaire
Là vibre le cœur de Paris
Toujours ardent, parfois frondeur
Avec ses chants, ses cris
Et de jolis moments d'histoire
Sont écrits partout le long
De nos grands boulevards

J'aime flâner sur les grands boulevards
Les soirs d'été quand tout le monde
Aime bien se coucher tard
On a des chances d'apercevoir
Deux yeux angéliques
Que l'ont suit jusqu'à République
Puis je retrouve mon petit hôtel
Ma chambre où la fenêtre donne
Sur un coin de ciel
D'où me parviennent comme un appel
Toutes les rumeurs, toutes les lueurs
Du monde enchanteur
Des grands boulevards




Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Chansons - songs
commenter cet article